Monstres sacrés, sacrés monstres

Avec André Dussollier
12 janvier 2002
Maison de la poésie


Une redécouverte de poèmes connus


André Dussollier tient salon à la Maison de la poésie. Il a choisi de nous dire de grands poèmes, pour la plupart de notre répertoire des XIXème et XXème siècle, certains plus anciens, mais d'une facture très contemporaine, comme le Mot et la chose (Abbé de Lattaignant).


Seul sur scène, le comédien occupe avec aisance tout l'espace scénique, établissant avec le spectateur une intimité sympathique. Par l'art du jeu scénique, les poèmes s'enchaînent naturellement et nous entraînent du rire au larmes, de l'émotion à l'ironie.


Du rire aux larmes, une soirée poétique intime et variée


La voix légèrement rocailleuse ne nuit pas à l'harmonie des poèmes, à leur intensité. Il est émouvant de revivre la mort du loup, la méditation grave de Vigny, il est poignant d'écouter la plainte révoltée de Victor Hugo dans A Villequier. Il est aussi plaisant d'entendre les traits d'esprit de Sacha Guitry, Roland Dubillard ou l'Abbé de Lattaignant.


Dans une soirée poétique, le spectateur reçoit souvent le meilleur du théâtre : la musique des mots, les jeux de l'esprit, l'expérience humaine évoquée et transfigurée. Ce fut le cas pendant cette soirée.




Tour Eiffel
Top

Accueil Spectacles          Critique suivante




Copyright © 2002 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.