Omar Sarmini et
L'ensemble Al-Kindî
Les Croisades sous le regard de l'Orient
Avec Julien Jalâl Eddine Weiss
Jeudi 25 janvier 2001
Théâtre de la Ville


Organisé par Julien Jalâl Eddine Weiss, ce concert était consacré au répertoire syrien du XIème siècle. Simplement assis en cercle sur des tapis orientaux évoquant la chaleur des palais alépins, les musiciens venus de Syrie, d'Egype et d'Irak, nous ont présenté un délicat salon de musique.

De doux instruments aux sonorités subtiles

Pour évoquer ce répertoire, les instruments étaient choisis avec soin. Les rythmes difficiles à 13, 17 et 7 / 4 demandaient un joueur de riqq particulièrement expérimenté, comme Adel Shams El Din. Parmi les instruments, j'ai particulièrement remarqué le joza, instrument à cordes tenu verticalement. Difficile à accorder, il était parfaitement maîtrisé par Mohammed Gomar, sans étouffer de sa présence les autres intruments, dont le merveilleux qanoun.

Ce bel instrument à cordes pincées recouvert de marquetterie est accordable au quart de ton près. Il permet d'adopter une grande variété de gammes et de traduire d'ancestrales sonorités. Puissant en soliste, il marque l'auditeur par ses vibrations profondes et la virtuosité qu'il permet. Il est aussi parfait en basse continue pour ménager un accompagnement sonore. Julien Weiss me rappelle Jean-Louis Barrault. Aussi à l'aise en vedette qu'en retrait, il dirige l'ensemble avec une grande modestie.

Gestuelle, rythme, grande présence du chanteur

Le chanteur Omar Sarmini a une voix puissante et une incontestable présence scénique, renforcée par sa gestuelle appuyée et rythmée. On souhaiterait comprendre les paroles et mieux saisir les raffinements de cette musique.

Après deux heures de concert, Julien Weiss, tenant compte de la fatigue physique de ses spectateurs, a mis fin au salon. On regrette qu'il ne puisse se réunir plus souvent dans cette ville.



Tour Eiffel
Top

Accueil Spectacles          Critique suivante




Copyright © 2000 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.