Les cuivres ... en folie !

sur une idée de Bruno Tomba
avec les musiciens de l'Orchestre de Paris
Samedi 26 février 2000
Opéra Comique


Oui, les cuivres de l'orchestre de Paris sont bien les meilleurs

Quand l'interprétation est parfaite, tout semble facile. Et pourtant, il n'est pas d'instruments plus périlleux que les cuivres. Pour notre bonheur, les 5 interprètes virtuoses de cette matinée, 4 musiciens de l'orchestre de Paris rejoints par un trombone de l'orchestre national d'Ile de France, étaient tous de grands experts dans l'art de leur instrument.

Le programme avait été légèrement modifié, sans doute pour s'adapter au public, composé à 50 % d'enfants. Au regard de la qualité des interprètes, j'ai un peu regretté de ne pas entendre Vitrail de Georges Delerue. Cependant, tel qu'il fut joué, le concert a ravi l'ensemble des spectateurs. Du classique au jazz, des chansons populaires au contemporain, tout leur réussissait.

Jean-Sébastien Bach dans toute sa pureté

La Fugue en sol mineur de Jean-Sébastien Bach, interprétée à la perfection, a révélé les qualités de chaque intrument. Lorsque les nuances de la musique sont ainsi rendues, avec sensibilité, pertinence et enthousiasme, cet exemple parfait de classicisme devient musique pure, fait oublier les mauvaises interprétations et l'ennui qu'elles génèrent.

Nos chansons d'enfance revisitées

Aucun des compositeurs suivants n'a pu atteindre ces hauteurs. Cependant, j'ai aimé l'adaptation des chansons populaires par Elgar Howarth. Malbrought, Frère Jacques, le Pont d'Avignon, le Chat noir, Cadet Roussel prenaient une toute autre dimension. Et l'on atteignait l'émotion profonde avec le Divin enfant et la berceuse du P'tit Quinquin.

Au final, plus que du cirque, avec la Strada,
plus que l'Espagne, avec Albeniz

Aux applaudissements chaleureux, ont répondu 2 bis, dont la Strada de Nino Rota dans une version absolument splendide. En bref, l'éclat de l'interprétation de ces vrais artistes a encore surpassé celle de leurs brillants instruments.



Les interprètes de ce concert :

Si vous voyez l'un de ces noms dans un programme, n'hésitez pas, allez-y.

Programme du concert :

Anonyme, Sonata.
Jean-Sébastien Bach, Fugue en sol mineur.
Francis Poppi, Valse poudrée.
Bach / Vivaldi, Concerto en quatre mouvements.
Elgar Howarth, Quatre airs suisses
Georges Barboteu, Chansonneries
T. Nagle, Jave for five
Karl Wiener, Munich brass boogie.
Francis Coiteux, Op-Art.





Tour Eiffel
Top

Accueil Spectacles          Critique suivante




Copyright © 2000 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.