Orchestre Philharmonique de Radio France


Direction musicale : Christian Gansch
Avec Camilla Hoitenga, flûte
Vendredi 27 février 2004
Radio France



Sous la direction discrète et précise de Christian Gansch, l'orchestre Philharmonique a montré qu'il savait manier tous les styles avec un même bonheur.


Thierry Escaich - Chaconne (création mondiale)

Le genre musical de la chaconne fait attendre un thème répétitif. Cependant, ce qui domine lorsqu'on découvre l'oeuvre de Thierry Escaich, c'est d'abord son agilité de compositeur, son goût pour les volutes musicales ascendantes jusqu'à l'explosion.


Puis l'attention se porte sur le thème, que l'on poursuit d'un groupe d'instruments à un autre, chacun y apportant sa personnalité, dans une sorte de spatialisation de la musique. Le thème s'échappant d'un groupe à l'autre révèle finalement l'oeuvre aussi dense que la vie, jusqu'au finale tout en douceur et en finesse, où cordes et xylophones semblent s'associer pour endormir un enfant.


Kaija Saariaho - Aile du songe, concerto pour flûte et orchestre

De tous les animaux qui n'ont cessé
d'habiter l'homme comme une arche vivante,
l'oiseau, à très longs cris, par
son incitation au vol, fut seul à doter
l'homme d'une audace nouvelle.
Saint-John Perse, Oiseaux


Inspirée d'un recueil de poèmes de Saint-John Perse, Aile du songe nous entraîne pour sa partie Aérienne dans un jeu de virtuosité entre la flûte soliste et l'orchestre.


Dans sa partie Terrestre, la danse de l'oiseau-flûte commence avec humour par un appel de l'oiseau à la cantonade. La danse se déroule, mettant encore en valeur l'extrême maîtrise de la flûtiste Camilla Hoitenga. Devenue terrestre cependant, la danse de l'oiseau n'appelle-t-elle pas la mort ? Alimentée par les sonorités graves des contrebasses, des timbales et de la grosse caisse, la fin de l'oeuvre sonne comme le glas tandis que le chant de l'oiseau s'estompe.


Serge Prokofief - Symphonie n° 3

Composée d'après son opéra l'Ange de feu, la Symphonie n° 3 de Prokofief est une spectaculaire méditation sur le mal et la mort. Seul le deuxième mouvement, qui reprend le thème chanté par les nonnes dans l'opéra, apporte un moment d'apaisement dans cette oeuvre grandiose et sombre. L'orchestre philharmonique de Radio France semble proche de la perfection. Dans cette oeuvre, comme dans le reste du concert, il produit un fluide musical homogène, sans autres parasites que les harmoniques des instruments et la volonté des compositeurs. C'est du grand art.




Tour Eiffel
Top

Accueil Spectacles          Critique suivante




Copyright © 2004 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.