Coppélia

de Patrice Bart
Musique de Léo Delibes
Avec Karin Averty, Yann Bridard
Yann Saïz, Fabrice Bourgeois
le ballet de l'Opéra National de Paris
l'Orchestre Colonne
Opéra Garnier
16 mars 2002




J'allais voir Coppélia. Je m'attendais à l'histoire du ballet. Un jeune homme, à peine sorti de l'adolescence, s'éprend d'une poupée, une sorte d'idéal de femme, un idéal rassurant. Swanilda, la jeune fille, prend la place de la poupée idéale et fait découvrir au jeune homme le véritable amour.

Une relecture noire du ballet

Le Coppélia de Patrice Bart est plus sombre, plus inquiétant, plus malsain. Coppélius, le séducteur d'âge mûr, est atteint d'une névrose obsessionnelle. Il ne peut oublier la jeune femme disparue, que Swanilda, sorte de Déméter bucolique, va lui rappeler. Il l'entraînera dans son logis et elle ne devra son salut qu'à l'intervention de son amoureux. Ils passeront cependant tous les deux de l'autre côté du miroir, et leur histoire d'amour restera entachée de cette ombre.

La musique elle-même mêle des passages de Coppélia, de Lakmé et du Roi l'a dit. Tout cela déconcerte, d'autant que le ballet annoncé est bien Coppélia.

Patrice Bart revendique une relecture hoffmannienne. Soit, mais dans le conte d'Hoffmann, c'est le jeune homme qui est atteint de névrose obsessionnelle et en meurt. Alors pourquoi ne pas relire jusqu'au bout ?

Une belle interprétation classique

Heureusement, les danseurs nous ramènent dans la grande tradition. Yann Bridard, Coppélius sombre et fascinateur, nous compose un personnage luciférien, tout en souplesse, tout en ambiguïté. Yann Saïz pratique les grandes figures d'école du ballet classique. Sa technique laisse parfois à désirer, mais Karin Averty est une vraie ballerine, très gracieuse. Moins gymnaste que certaines de ses collègues, elle y gagne en expressivité. Elle est vraiment délicieuse. Et son interprétation des automates écossaises et espagnoles laisse bouche bée d'admiration.


Finalement, c'était bien Coppélia, grâce à la fraîcheur de l'héroïne, à l'excellence du corps de ballet.




Tour Eiffel
Top

Accueil Spectacles          Critique suivante




Copyright © 2002 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.