Clavigo

De Roland Petit
Sur une musique de Gabriel Yared
Avec Nicolas Le Riche
Opéra Garnier


Après avoir confié la direction des Ballets de Marseille à Marie-Claude Pietragalla, Roland Petit vient de créer à l'Opéra un nouveau ballet pour le danseur étoile Nicolas Le Riche. Il faut avouer que depuis Noureev et Nijinski, peu de danseurs étoiles ont traduit sur scène un tel état de grâce. Nicolas Le Riche est aérien, précis, inspiré. Il n'a pas son pareil pour mettre en valeur avec simplicité ses partenaires féminines. Il transmet avec une prodigieuse facilité les émotions de ses personnages.


Un drame de l'amour développé par Goethe


Roland Petit a choisi l'argument d'un drame romantique de Goethe : Clavigo. Le thème est intemporel. Un jeune homme séduisant, Clavigo, flirte un temps avec Marie, la soeur de Beaumarchais, puis la délaisse pour d'autres femmes ou d'autres passe-temps. Frappée d'amour, elle en meurt, le laissant seul à ses remords. Que Beaumarchais tue le séducteur n'ajoute rien au drame, mais permet à Nicolas Le Riche de clore le ballet d'une manière bouleversante.


Un danseur étoile inspiré


J'ai regretté que Claire-Marie Osta ne nous touche pas autant dans son désespoir. Techniquement impeccable, elle ne passe malheureusement pas la rampe. Marie-Agnès Gillot en revanche a beaucoup d'allure et excella dans sa danse de séduction. Elle a la stature d'une étoile. Nicolas Le Riche nous offre des moments d'intense émotion : la force et la sensualité de sa lutte avec le libertin Carlos (Yann Bridard), l'incarnation du rêve de Marie, tendre et puissant, la mort finale dans les soubresauts du désespoir.


Une chorégraphie originale et épurée


Merci à Roland Petit d'avoir imaginé cette chorégraphie pure et variée sur la musique de Gabriel Yared, qui est dans la lignée de la musique répétitive américaine. Les amateurs de spectaculaire ne sont pas oubliés : on trouvera dans ce ballet le plus long baiser jamais mis en scène et la descente impressionnante du danseur étoile, qui fond, tel une araignée le long de son fil, dans le subconscient de son amante.





Tour Eiffel
Top

Accueil Spectacles          Critique suivante




Copyright © 1999 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.