Attila

de Giuseppe Verdi
Direction musicale de Pinchas Steinberg
Mise en scène de Josée Dayan et Jeanne Moreau
Avec Samuel Ramey, Carlo Guelfi
Maria Guleghina, Franco Farina
21 septembre 2001
Opéra Bastille


Une oeuvre dramatiquement d'actualité

Excellent, cet opéra de jeunesse, aux accents dramatiquement d'actualité. La grandeur des cités riches semble impuissante à arrêter la violence aveugle du conquérant. Mais celui qui répand le meurtre et la guerre, au nom d'un peuple ou d'une religion, ne récolte lui-même que haine et destruction.


De grands chanteurs pour un opéra peu connu

Samuel Ramey est grandiose dans le personnage d'Attila, qu'il nous rendrait presque sympathique. Maria Guleghina a une voix puissante, dont la beauté se révèle lorsqu'elle ne la pousse pas dans ses limites. Franco Farina fut de mon point de vue injustement traité par une partie du public qui privilégiait, je pense, la force à la musicalité.


Une mise en scène contestée aux grandes qualités picturales

La mise en scène fut également contestée. Plus statique et picturale que théâtrale, elle a sans doute indisposé ceux qui préfèrent l'action à la musique. En ce qui me concerne, j'ai trouvé qu'au moins elle mettait le chant en valeur. La grande tente rouge d'Attila restera le symbole de ce spectacle qui recherchait la perfection esthétique du décor et du chant.


Un bon chef pour de bons interprètes

La direction musicale était assurée avec vigueur et précision par Pinchas Steinberg, dont j'ai toujours admiré le sens des équilibres musicaux. Le choeur tenait un rôle important avec plus ou moins de bonheur. Celui des ermites était remarquable de finesse. Enfin, cet opéra peu connu contient quelques morceaux de bravoure qui mettent en relief l'art des solistes. Ainsi, Odabella (Maria Guleghina), seule et fugitive, est émouvante lorqu'elle évoque la mémoire de son père. Et sous cette grande tente écarlate, Attila (Samuel Ramey) a su déployer les méandres poignants d'un songe terrible et sacré.


J'espère que tous les spectacles de la saison auront la qualité de celui-ci, qui commence donc bien l'année lyrique à Paris.




Tour Eiffel
Top

Accueil Spectacles          Critique suivante




Copyright © 2001 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.