Guillaume Tell

de Gioacchino Rossini
Direction musicale de Bruno Campanella
Mise en scène de Francesca Zambello
Avec Thomas Hampson, Alain Vernhes
Gaële Le Roi, Nora Gubisch
Hasmik Papian, Marcello Giordani
l'orchestre et les choeurs de l'Opéra de Paris
23 mars 2003
Opéra Bastille



Une victoire de la liberté sur l'oppression

Dans un décor de bois blond, la légende de Guillaume Tell proposée par Rossini montre la victoire de la force morale de Guillaume sur la force brutale d'un envahisseur. Pourtant atteint dans son amour pour son enfant, Guillaume franchit l'épreuve perverse imposée par le tyran et fait naître ainsi le germe de la victoire. Le tir de la pomme est esthétiquement aussi bien que dramatiquement mis en scène par Francesca Zambelli.


Grande performance de Thomas Hampson

Musicalement, les voix sont belles, le phrasé travaillé, sans doute grâce à la discrète, mais perceptible entremise de Janine Reiss. Nora Gubisch a fait de grands progrès. Sa voix gagne en substance, en moelleux, en netteté, son jeu passe la rampe. Elle est une sympathique épouse du robuste Guillaume. Gaële Le Roi est un délicieux Jemmy, vif, à la voix légère. Le vénérable Melcthal d'Alain Vernhes est parfait. Marcello Giordani lui aussi a fait de grands progrès, salués par le public, même s'il passe encore parfois trop en voix de tête dans les aigus. Quant à Thomas Hampson, on le croirait français, tant son chant est limpide, sans accent. Sa voix profonde, forte, de plus en plus nourrie d'harmoniques, domine l'opéra et apporte à l'air final de la liberté une plénitude épique et poignante.


La chorégraphe Blanca Li réussit bien dans le burlesque. La danse ironique des paysannes devant le tyran est vraiment amusante. Quant à l'orchestre, il nous a donné une splendide ouverture, d'une grande propreté musicale, qui s'est confirmée pendant toute la durée du spectacle.




Tour Eiffel
Top

Accueil Spectacles          Critique suivante




Copyright © 2003 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.