Le Nain
L'Enfant et les sortilèges

Alexander von Zemlinsky
Maurice Ravel
Mise en scène réduite
Opéra Garnier

En grève


Lorsque nous visitons l'Acropole, la destruction partielle des monuments ne nous empêche pas d'admirer l'art de Phidias et la beauté des sculptures. Ce que nous voyons nous émerveille déjà et notre imagination supplée aux manques de l'architecture.


Les grèves de l'Opéra

Le 25 novembre 1998, les grévistes de l'Opéra de Paris nous ont donné d'admirer les ruines du Nain de Zemlinsky et de L'enfant et les sortilèges de Ravel. Pas de décor, peu d'accessoires et de costumes. Les chanteurs ont dû improviser une esquisse de mise en scène dans le cadre de la version "concert" qui nous était proposée.

La qualité de l'orchestre de l'Opéra, dirigé par James Colon, enthousiaste, n'en était que plus visible.


Le Nain ou la cruauté de la dérision

Le Nain raconte la douloureuse découverte de sa difformité par un bouffon qui s'ignore. Il nous révèle le tragique hiatus entre la beauté d'un coeur et la disgrâce physique. L'humanité normale est insensible à cette douleur. Seule Ghita, la camériste de l'Infante, à qui le nain est offert, sait saisir l'humanité profonde du malheureux. Le personnage de la camériste, bien servi par la voix puissante et ferme de Susan Anthony, se dégage de l'ensemble.


Un divertissement de Colette mis en musique par Ravel

L'Enfant et les sortilèges présente un cocktail de l'art de Ravel. La musique est ici souveraine, mise au service d'une fantaisie dessinée par Colette. Elle ne craint ni le grotesque ni la caricature, tant elle est sûre de son impact. Un bravo pour Franck Leguérinel, horloge comtoise sautillante et félin irrésistible dans le duo d'amour des chats. Le parfait phrasé de la protagoniste Gaële Le Roi permet au personnage de l'enfant de dominer l'ensemble avec une grande fraîcheur et une délicieuse spontanéité apparente.

Le public malmené fut bon : silence reccueilli pendant le spectacle, applaudissements nourris à la fin.



Tour Eiffel
Top

Accueil Spectacles          Critique suivante




Copyright © 1998 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.