Premier prix de Conservatoire

Après avoir obtenu un 2ème accessit l'année précédente, Edouard Nanny obtient en 1892 le premier prix de contrebasse du Conservatoire national supérieur de Paris. Son professeur était M. Verrimst.

Résultats de 1892 - Contrebasse


Le concours vu par la presse

Les points de vue divergent, mais personne ne conteste l'attribution du premier prix de 1892.

Conservatoire National de Musique et de Déclamation
Contrebasse - Violoncelle

La session des concours publics s'est ouverte hier par une heureuse journée.

La classe de Contrebasse, qui s'était montrée faible l'an dernier, s'est complètement relevée : elle a fait entendre hier des jeunes gens qui ont un solide archet, du rythme, de l'assurance. Ce sont les qualités principales qu'on doit exiger d'un bon contrebassiste : nous avons toujours dit que le plus ou moins de brillant de la virtuosité ne venait qu'après. C'est aussi, croyons-nous, l'avis de l'excellent professeur Verrimst.

La classe présentait sept concurrents ; leur morceau de concours était le 10ème concertino de Labro, pièce qui, à moins qu'elle n'ait jamais été jeune, a considérablement vieilli.

M. Nanny, qui n'avait obtenu, l'an dernier, qu'un deuxième accessit, a enlevé d'emblée le premier prix. On peut regretter qu'il n'ait pas un peu plus de son, mais son exécution est très nette et très soignée. C'est un artiste

M. Tourmente, qui concourait pour la première fois, a du son et de l'autorité : il s'est vu adjuger le second prix.

M. Rousseau, premier accessit, a un très bon archet, mais sa justesse est souvent douteuse. M. Fouache est un tout jeune homme que l'on a cru devoir encourager par un deuxième accessit ; il a convenablement exécuté le morceau, mais s'est montré faible lecteur.

Les trois autres élèves, anciens de la classe et ayant obtenu des accessits dans les concours précédents, sont restés inférieurs à leurs camarades.

Le Figaro

Concours du Conservatoire

Sept concurrents se sont escrimés hier avec grâce sur la contrebasse, à la façon de don Belflor, toréador ; et ç'a été le signal de l'ouverture des concours publics de 1892.

Sept concurrents, dont quatre ont été récompensés ; ce qui prouve l'excellence de l'enseignement du professeur Verrimst.

A dire le vrai, un seul contrebassier s'est distingué, mais il est remarquable : c'est M. Nanny, qui du 2ème accessit obtenu en 1891 saute d'emblée au 1er prix. Ce jeune homme a fait preuve de qualités supérieures, trouvant le moyen de chanter sur ce monumental instrument comme sur un violoncelle.

Un deuxième prix, à l'unanimité, est adjugé à M. Tourmente ; décision véridique quoique invraisemblable ; mais n'oublions jamais que le jury a des raisons que la raison ne comprend pas... toujours.

Un premier accessit à M. Rousseau, et un deuxième à M. Fouache.

Tel est le verdict rendu par M. Théodore Dubois, président, assisté de MM. Garcin, de Bailly, Holmann, Loëb, Casella, Tubeuf et Lebouc.

Le Petit Journal

Concours du Conservatoire
Contrebasse et violoncelle

[...] Dame contrebasse n'étant pas dotée de bien séduisants atours, c'est devant une salle presque vide qu'elle a modulé ses plus gracieux ronflements dans l'andante et l'allegro du dixième concertino en sol majeur de Labro, ancien professeur du Conservatoire. Le morceau est banal, mais on le sent écrit par un musicien qui connaît à fond l'instrument.

Voici les résultats du concours :

1er prix : M. Nanny. Un sujet, du goût, du style ; bon musicien. Un des rares élèves qui ont exécuté avec justesse l'intervalle de sixte et de tierce dans lequel tous ont barboté. [...]

Concours du Conservatoire
Contrebasse

M. Nanny qui a obtenu le premier prix, est un artiste consommé. Son jeu est pur, et les sons qu'il tire de l'instrument ingrat qui s'appelle contrebasse, d'une justesse et d'un charme surprenants. M. Nanny fait honneur à M. Verrimst.

La Marseillaise

Retour






Copyright © 2002 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.