La création

En 1901, est créée la Société de concerts des Instruments anciens, sous la présidence du compositeur Camille Saint-Saëns.

Cette société de concerts a pour objectif de faire revivre la musique du XVIIème et XVIIIème siècle sur les instruments d'époque. Elle est l'aboutissement d'une recherche musicale menée par un groupe de jeunes musiciens, tous premiers prix du Conservatoire et solistes dans les orchestres parisiens.

Plusieurs concerts d'Henri Casadesus (viole d'amour) et d'Edouard Nanny (contrebasse) précèdent la création de la Société. Le plus marquant eut lieu en 1900 aux concerts Colonne. Son succès déclencha la constitution de la Société.

Les fondateurs et leurs instruments

Les fondateurs sont M. et Mme Henri Casadesus et Edouard Nanny.
Ils y associent également Marcel Casadesus et Marguerite Delcourt.
D'autres musiciens se joignent au groupe pour certains concerts : Nelly Lombroso (chant), Marie Lasne (chant) et Charles Guillon (vielle).

Edouard et Henri

Edouard Nanny

Premier prix du Conservatoire en 1892, contrebassiste de l'Opéra comique, il mène une carrière de soliste de la contrebasse. Pour la Société de concerts des Instruments anciens, il joue sur une basse à 3 cordes.
Après la création de Pelléas et Mélisande, il introduira la contrebasse à 5 cordes dans les orchestres français.

"M. Nanny est particulièrement à citer : de la puissante et lourde contrebasse, il tire des sons dont l'ampleur et la douceur tout ensemble constituent un ravissement pour l'oreille."

L'Illustré parisien, 21 mai 1904

Henri Casadesus

Premier prix du Conservatoire en 1899, soliste des concerts Colonne de 1893 à 1900, virtuose de l'alto, soliste du quatuor Capet, il travaille la viole d'amour depuis 1896.
Pour alimenter le répertoire de la Société, il recherche dans les bibliothèques les partitions oubliées du XVIIème et XVIIIème siècles.

"Quelles fines et cristallines sonorités que celles de cette viole d'amour dont M. Casadesus joue si magistralement ! On a acclamé l'artiste dans la belle Première sonate pour viole d'amour et contrebasse de Borghi, dans le Tambourin du même maître et le Menuet plein de grâce de Lulli."

Le Journal de Genève, 9 avril 1903

Marcel Casadesus
Renée Casadesus-Dellerba
Marguerite Delcourt

Marcel Casadesus

Violoncelliste premier prix du Conservatoire, il effectua une recherche sur les sons propres à la viole de gambe et reconstitua l'instrument.

"Dirons-nous maintenant que tous ces jeunes artistes composant la Société des instruments anciens, Mme H. Casadesus-Dellerba, Mlle Marguerite Delcourt, M. Henri Casadesus, M. Marcel Casadesus et M. Edouard Nanny, ont été d'excellents joueurs de quinton, clavecin, viole d'amour, viole de gambe et contrebasse ? Leur réputation est faite de longue date."

Le guide musical, Bruxelles, 22 mai 1904

Mme Henri Casadesus-Dellerba

Premier prix du Conservatoire en 1898, elle est la première femme à accéder au pupitre des violons dans les orchestres français. Violonniste soliste des concerts Colonne, elle travaille le quinton pour le groupe.

"Dans la Sonatina d'Ariosti pour "quinton", le talent de Mme Casadesus fut mis en relief ; elle fut fort applaudie pour la pureté des sons et la virtuosité du style classique, plein de feu et de passion"

La Voz de Guipuzcoa, St Sébastien, 24 novembre 1903

Marguerite Delcourt

Pianiste renommée, elle étend sa virtuosité et sa sensibilité artistique au clavecin.

"Nous n'aurions garde d'oublier Mlle Delcourt, qui a fait montre du talent le plus sérieux et le plus délicat en accompagnant les différents morceaux du programme, et en exécutant avec une merveilleuse dextérité une jolie Gavotte de Haendel et une curieuse Gigue de Lulli"

Le Journal d'Amiens, 5 février 1900

Lire aussi :

Les concerts
Quelques critiques
Le répertoire

La famille Casadesus a continué longtemps à faire vivre la Société de concerts des Instruments anciens.
Je vous conseille donc de visiter le site de la famille Casadesus pour en apprendre plus, et notamment les pages consacrées à :
Henri Casadesus
Marius Casadesus
Marcel Casadesus


Sommaire






Copyright © 2001 Dominique Dufils

Les photos et textes de ce site sont protégés.
Toute reproduction, même partielle,
est interdite sans autorisation préalable.